Michel Vaillant

Michel VaillantBaignant dans la voiture depuis qu’il est tout petit, Michel Vaillant est aujourd’hui le coureur vedette de l’écurie familiale. Mais alors qu’ils se préparent pour les 70ème 24h du Mans, leurs grands rivaux, la Team Leader, annonce son retour à la compétition…

Alors que les adaptations de comic books s’enchaînent à Hollywood, les Français se lancent également dans la bataille, tentant l’adaptation d’une bande dessinée de Jean Graton.
Si l’idée peut sembler bonne de prime abord, on commence à douter à l’évocation du nom du producteur, Luc Besson. Reconnu pour ses productions indignes des salles obscures (‘Yamakasi’, les ‘Taxi’ etc…), le réalisateur du ‘Grand Bleu’ tenait ici une occasion de se racheter une crédibilité de producteur.
On reste cependant très dubitatif devant ce ‘Michel Vaillant’ qui ne saura nous emballer plus que ça.

Doté d’un scenario minimaliste, multipliant les clichés, on a en effet un peu de mal à croire à toute cette histoire. Malgré un Sagamore Stevenin pas si ridicule en héros titre, le film s’enfonce au fur et à mesure que le drama de pacotille se met en place.
Pourtant, les scènes de voitures sont plutôt réussies et heureusement, relativement nombreuses. On a d’ailleurs envie qu’elles se multiplient quand on entend les dialogues minables déclamés sans vie par des personnages frisant parfois la parodie (la méchante notamment).
De même pour l’intrigue, de nombreuses balises colorées nous indiquent la marche à suivre : les méchants sont en rouge et noir, les bons sont en bleu. De même pour les héroïnes, la gentille blonde va s’opposer à, la méchante brune, prête à tout pour arriver à ses fins.
On espérait ne plus voir un manichéisme aussi grossier dans des productions se disant ambitieuse.

Divertissement en dessous de la moyenne, cette adaptation de ‘Michel Vaillant’ ne vaut que par ses scènes d’action à la réalisation dynamique et à la belle photographie. Les autres scènes du film, et l’intrigue dans son ensemble peuvent être mises de côté.
Difficile de parler de déception tant on était sur nos gardes, mais on aurait espéré une meilleure maîtrise pour en faire un film d’un niveau plus correct.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s